28/08/2008

La Mémoire fantôme / Franck Thilliez

Lucie Hennebelle, l'héroïne de l'appréciable Chambre des morts, est de retour. A Lille cette fois-ci. Elle a beau y aspirer, ne serait-ce que pour l'équilibre de ses jumelles, la tranquillité semble lui échapper irrémédiablement, comme une fatalité. Les histoires les plus sordides, les emmerdes, il faut croire que c'est toujours pour elle. Comme ce fameux soir où le sort frappe à nouveau à sa porte. Non loin de là, on a retrouvé une femme vraiment bizarre, dans un sale état. Son étrangeté, elle la doit à une maladie contractée quelques années plus tôt, suite à un choc psychologique traumatisant : ses souvenirs ne durent que quatre minutes. Au-delà, l'effroi abyssal de l'oubli permanent se reforme sans cesse. Ce soir là, elle est persuadée d'être au mois de février alors que le mois d'avril est déjà là. Elle pense sa mère vivante, elle s'est en fait suicidée des années plus tôt. Ses paumes sont lacérées, entaillées d'un message annonciateur de funestes présages : Pr est de retour. Le Professeur, ce serial killer qui avait tant fait parler de lui quelques années en arrière.

Je vais commencer par la chose qui fâche, celle qui m'a fait gronder, voir rouge et gonfler mon costume au point d'exploser un bouton sous la pression (tsss...tsss.tsss...je tiens à dire aux mauvaises langues que cela ne s'est en aucun cas produit parce que j'ai mangé trop de rillettes et de magret de canard pendant les vacances, que nenni!) : la note au lecteur. Croyez-le ou non mais Franck Thilliez a en effet tenu a revenir sur l'histoire pour, d'une certaine manière, nous montrer à quel point il a été très très fort. Libre à nous de vérifier, mais il nous y invite, que dans le roman, "le soleil n'éclaire jamais le ciel, livré aux ténèbres tout au long de ces pages. Et parmi les milliers de mots qui en constituent la trame, jamais vous ne verrez apparaître plaisir, joie ou espoir." Merci monsieur Thilliez, mais tout cela je l'avais ressenti, perçu et apprécié sans que vous me livriez une fiche de lecture. Votre livre, très réussi, se suffit à lui-même.

Oui, car malgré cet aspect, le bouquin est vraiment très bon, prenant de bout en bout, jamais décevant. Les mécanismes de la mémoire et de la folie sont trempés dans un océan de noirceur. La tension est à son comble tout comme l'est celle qui habite sans relâche Lucie Hennebelle vis à vis de son enquête ou de ses cicatrices personnelles. Une nouvelle perle, destinée à un très large public (sans le côté péjoratif de la locution), dans la bibliographie de l'auteur. Pourvu que ça dure...

7 commentaires:

Manu a dit…

Eh bien, une bien belle nouvelle bannière dites-moi !

Pour en revenir au livre, je n'entends plus parler que de ce Franck Thilliez et en termes très élogieux. C'est un complot pour faire diminuer l'espace habitable de mon appart? :-D

BiblioMan(u) a dit…

Merci pour la bannière. Je transmettrai à la personne qui l'a réalisée. Des heures et des heures de travail, de tergiversations, de fébrilité :O)

Le succès de Thilliez est amplement mérité. Des ambiances tout à fait singulières et oppressantes.

Tu n'étais pas au courant pour le complot ? C'est de bonne guerre après tous les bouquins que tu partages, non ? ;O)

Cécile a dit…

L'"océan de noirceur", ça forcément ça m'interpelle ! Surtout que je viens de terminer "Deuils de miel" que j'ai beaucoup aimé.

BiblioMan(u) a dit…

Alors n'hésite pas non plus à lire "La Forêt des ombres", qui reste mon préféré de Thilliez pour l'ambiance, l'isolement, les doutes, les frissons...enfin, tu m'as compris ;O)

Brize a dit…

Tu dis que "La mémoire fantôme" est "destinée à un très large public". Peux-tu préciser pourquoi ? Le fond de ma question, c'est que je crains de m'aventurer dans d'autres ouvrages de Thilliez, dont j'ai peur qu'ils soient trop "gore" pour moi... et je me demandais si ta remarque avait ou non un rapport avec cet aspect-là de ses romans.

BiblioMan(u) a dit…

Pour un très large public parce qu'il a un style assez sobre et efficace. Je t'invite même à lire d'autres livres de lui. De ce que j'en ai lu, il ne s'agit pas de "gore", on n'est pas trop, je dis bien pas trop, dans une description écoeurante, mais plutôt dans un registre de la "suggestion", avec des ambiances parfois bien bien glauques.

La liseuse a dit…

Je pense lire celui-ci très prochainement. J'ai terminé il y a peu "L'anneau de Moebius" et je trouve qu'il s'améliore dans son écriture. Une histoire terrifiante !