26/08/2008

Le Voyageur / John Twelve Hawks

On dit souvent que les voies du seigneur sont impénétrables, mais celles de l'édition peuvent donner l'apparence de l'être tout autant à moins, bien sûr, d'être dans le secret des...dieux. J'en veux pour exemple cet ouvrage de John Twelve Hawks, le Voyageur.

En 2006, le voici qui atterrit sur les tables des librairies et allez savoir de quoi ça parle ! Un auteur inconnu dont le nom ne figure même pas sur la couverture, pas de résumé, juste une phrase qui n'en disait vraiment pas long sur l'histoire.

Alors c'est vrai qu'à l'époque, à moins d'en avoir eu vent, difficile de sortir 22 euros uniquement sous le sceau du mystère. Heureusement, on savait qu'il s'agissait d'un roman, c'était tout de même indiqué. Sinon, imaginez le calvaire du pauvre libraire qui n'aurait pas eu la chance d'avoir la visite d'un représentant pour lui parler du livre, bien embarrassé à l'idée de savoir dans quel rayon il allait bien pouvoir le mettre : récit de voyage, science-fiction, littérature générale, spiritualité...allez savoir...

J'avoue que je serais curieux de connaître les ventes réalisées après une telle mise en place. D'autant plus que...patatras...en mars de cette année, le voici qui redéboule, vendu gratuitement, mesdames, messieurs, avec le deuxième tome. Nouvelle couverture, un beau résumé en prime, et des références toujours aussi mercantilement éditoriales : "mettez quelques touches d'Orwell, ajoutez un zeste de Philip Pullman et saupoudrez d'une pincée de Dan Brown".
Orwell, ok, cela va de soi, on y pense. Pullman, pourquoi pas. Mais Dan Brown, tu parles d'une pincée ! Un grain de sel dans la piscine Olympique, oui ! Même si je préfère qu'il en soit ainsi...
A vrai dire, le voyageur, ouvrage de science-fiction aux allures de thriller est un peu décevant, inégal surtout. En gros, vraiment en gros parce que j'aurais peur de vous lasser avec un résumé harassant, les voyageurs sont des personnes capables de naviguer entre les mondes parallèles. Mais au fil des siècles, ces êtres exceptionnels ont été exécutés par la Tabula, une confrérie, la Grande Machine, Big Brother si vous voulez, à même de suivre les faits et gestes de chacun, d'endormir pour mieux contrôler.
Il y a de véritables bons moments dans ce livre là, et qui ont souvent trait aux mondes parallèles, pourtant à peine esquissés.
En revanche, le côté course-poursuite qui, comme dans beaucoup de thrillers, s'accélère sur la fin dans un ballet finalement inutile et lassant, déjà vu, eh bien, tout cela vient gâcher le plaisir, et c'est bien dommage. Il ne reste plus qu'à espérer que la suite ira beaucoup plus loin dans l'exploration des autres mondes et que l'on fera plus qu'y tremper le bout de l'orteil...sans Dan Brown, merci !

4 commentaires:

Marco a dit…

Un commentaire qui m'en dit plus sur ce livre mystérieux. Merci :)

BiblioMan(u) a dit…

Je suis quand même curieux de savoir ce que tu en as pensé, alors à l'occasion...

Trillian a dit…

J'avais été intrigué par ce roman quand je l'ai croiser sur les étagères de la librairie, mais je ne voulais pas dépenser autant sans être sur que j'allais aimer. Et pas de poche à l'horizon apparemment.

Anonyme a dit…

Si le poche est paru chez j'ai lu...