13/06/2009

Le Poulpe. D'amour et dope fraîche / Caryl Férey et Sophie Couronne

Décidément, les temps sont durs pour le Poulpe. Pas moyen de respirer, d'être tranquille deux minutes. Quand ce n'est pas lui qui traque les injustices dans les lignes des faits divers du Parisien au Pied de Porc à la Sainte Scolasse, ce sont les mystères qui viennent se mettre en travers de sa route. Enfin... de sa route. De sa ballade plutôt. Car le Poulpe est en convalescence, exilé à Font-Romeu où on le remet d'aplomb dans un centre de thalasso. Sciatique. Alors, histoire de prendre l'air, il se promène – avec des canettes de bière comme kit de survie, bien sûr – dans la montagne pyrénéenne. Et en lieu et place d'animaux, voici un grand black sprintant à travers sentiers et fourrés comme un malade, jusqu'à la chute fatale au fond d'un ravin. Un événement qu'aucun média, local ou national, ne se fait l'écho. Une affaire suffisamment louche pour que le Poulpe s'ébroue à nouveau et se remette à jouer de ses bras à rallonge.

Cheryl, sa partenaire, mène aussi une enquête de son côté. Une nouvelle, car si l'on se souvient bien, il fut une époque où elle avait son patronyme, rosé celui-là, sur la couverture.
Ici, suite à ses premières investigations devant l'amener à retrouver la piste de sa stagiaire disparue, elle finit à l'hôpital, après avoir été victime de la drogue du violeur. Et dans le style aventurière déterminée, la Cheryl, elle n'a rien à envier à son Poulpinet.

Que dire sinon que cette nouvelle aventure du célèbre céphalopode est réussie ? La double articulation autour de Gabriel Lecouvreur et de Chéryl, agrémentée par les lettres qu'ils s'adressent de leurs lieux de convalescence respectifs, contribuent à la rendre réjouissante, drôle et rythmée. Un mélange qui porte ses fruits et ravit le lecteur. Pour ne pas échapper à la règle, le Poulpe rue une fois de plus dans les brancards, n'ayant aucun scrupule à laisser son lot de civières dans son sillage. Cette fois, ce sont les enjeux du sport et ses dérives liées au dopage ainsi que la course aux résultats - à titre individuel ou dans l'intérêt de représentativité d'un pays sur la scène internationale - qui constituent le nœud de l'intrigue. Le tout est servi par des personnages hauts en couleurs - les jeunes filles venant en aide au Poulpe, le ministre des sports,Bernard Lapoutre, pour ne citer qu'eux -, mais aussi par des situations rocambolesques tout simplement hilarantes et une langue enjouée, inventive, aux jeux de mots savoureux.

Du Poulpe grand cru.

D'Amour et dope fraîche, Caryl Férey et Sophie Couronne, Baleine (Le Poulpe), 174 p.

7 commentaires:

alain a dit…

Je n'en ai pas lu depuis longtemps. Je vais aller retrouver Gabriel et Cheryl dès que je trouve le livre..

Manu a dit…

Moi, je n'en ai jamais lu. Pourtant à une période, j'en avais pas mal à disposition. Ce que j'adore, c'est les titres :-D

BiblioMan(u) a dit…

Alain : C'est le bon titre pour le retrouver.

Manu : Les titres sont un vrai régal, c'est vrai. Si jamais tu devais en lire un, le premier est très bien "La petite écuyère a cafté" ou bien "Les pieds de la dame au clebs"... vraiment, tu ne devrais pas le regretter ;O)

Jean-Marc a dit…

Et celui de JB Pouy est aussi excellent. décidément, c'est pas un poulpe, c'est un phénix !

BiblioMan(u) a dit…

Tiens, tiens, je me demande pourquoi cela ne m'étonne pas trop ;O) Il va me passer entre les mains celui-là aussi. Un plaisir de retrouver le Poulpe sous la plume de Pouy, j'en suis sûr, comme ça a dû être un plaisir pour lui de le retrouver.

Les habitants de l'Avenue a dit…

qu'est ce que je me m'étais marré ! très bon souvenir.

BiblioMan(u) a dit…

Oui, un des meilleurs il me semble depuis son retour. Mais il m'en reste encore quelques uns à lire parmi les derniers.