26/08/2010

Le Trône de Fer. Intégrale 1 / George R.R. Martin

De mémoire, je crois ne jamais avoir lu ou entendu de critiques négatives sur le Trône de Fer. Bien au contraire, cette histoire de fantasy semble faire l'unanimité à tous les niveaux. Aussi, à force de m'entendre dire qu'il fallait absolument que je le lise, à force aussi de faire mienne l'idée que je devais bien avoir de la chance de ne pas l'avoir encore fait, ce n'est pas sans une certaine appréhension que je me suis lancé dans l'aventure. Je redoutais en effet de devenir la victime de ce phénomène courant faisant qu'après avoir entendu tant et tant d'éloges sur une œuvre, toutes les attentes la concernant ne sont finalement pas satisfaites ou comblées et que la déception soit au rendez-vous.


Eh bien, je ne serai pas celui qui fera la fine bouche ni celui qui trouvera à redire sur ce bouquin impressionnant. Pas l'once d'une remarque négative ne figurera dans ces lignes pour la simple et bonne raison que s'il y en avait une, voire même plusieurs, le souffle et la d
imension épique qui habitent ce premier tome de l'intégrale du Trône de Fer balayent tout sur leur passage.

J'avais déjà eu l'occasion de parler ici des Préludes consacrés à cet un
ivers médiéval développé (c'est le moins que l'on puisse dire!) par George R.R. Martin et des a priori pas toujours fondés touchant à ce type de manie des éditeurs, consistant à tirer sur la corde et faire paraître tout et n'importe quoi sous prétexte que c'est vendeur... Le Royaume des Sept Couronnes ne m'était donc pas totalement étranger. A vrai dire, la seule difficulté que j'ai rencontrée a été de me familiariser avec les personnages de l'histoire. Ils sont nombreux, appartiennent à des familles qui se sont mélangées et étoffées au gré des jeux du mariages et des manigances de Cour. Je me suis souvent référé à l'utile (!) liste des acteurs principaux du Trône de Fer pour savoir qui était le fils de qui, la soeur ou le frère de qui, quels liens unissaient les uns aux autres. Et une fois passé cette nécessaire difficulté – le foisonnement des personnages et la complexité des enjeux qu'ils suscitent étant essentiels à la marche du récit – je me suis littéralement laissé prendre au jeu. Je n'ai pas eu l'impression de lire une resucée de tous ces ouvrages de Fantasy auxquels je n'adhère plus depuis un moment déjà. Je ne vais pas refaire ici l'historique des griefs que je rencontre à l'égard du genre, je crois l'avoir déjà fait presque à chaque fois que j'ai parlé d'un ouvrage lui appartenant. Dans le Trône de Fer, point ou peu de magie, nul besoin de manichéisme forcené pour parvenir à captiver le lecteur. C'est le cœur des hommes - avec son lot de complots, de traîtrises, de courage, de couardise, d'amour, de veulerie et de complexité - qui fait battre celui de cette histoire où rien n'est jamais simple ni tranché.

L'étendue du Trône de Fer est encore vaste, il me reste pas mal de contrées à visiter, de personnages à rencontrer et d'aventures à suivre mais d'une certaine façon, j'ai déjà l'impression que George R.R. Martin a démontré qu'il est possible d'écrire une longue, très longue série, de Fantasy qui plus est, sans jamais lasser son lecteur. Dans tous les cas, on sera amené à en reparler.

CITRIQ

13 commentaires:

Val a dit…

Je n'ai jusqu'à présent croisé aucune critique négative à l'encontre du trône de fer.
Une véritable découverte pour moi qui ne lis pas beaucoup de fantasy.

BiblioMan(u) a dit…

Oui, tu as raison, ce livre là a la possibilité de plaire à des lecteurs qui ne lisent pas portés sur la Fantasy en particulier.

arutha a dit…

Ah bah bravo. Tu as réussi à me faire dresser les poils des bras avec ton billet. Je suis tellement fan de cette saga que de lire des avis aussi enthousiaste m'émeut à chaque fois.

El Jc a dit…

J'attendais ton retour avec impatience. Si cette découverte de la saga s'est bien passée, tu vas te régaler avec la suite. Je ne vois effectivement tout comme toi, rien à reprocher à cette oeuvre, bien au contraire.

Tigger Lilly a dit…

Je plussoie grandement à ton billet.

Munin a dit…

Des critiques négatives ? Si, ça existe, chez Laurent "Le Pendu" Kloetzer.

BiblioMan(u) a dit…

@arutha: tu dois donc faire partie de ceux qui attendent la parution du cinquième tome avec impatience. Au point de le lire en VO ?

@El Jc: le deuxième tome m'attend en effet sur les étagères ;O)

@Tigger Lilly: J'avais déjà vu que la série t'emballait bien.

@Munin : Ah, je me disais aussi ! Bon, je viens d'aller lire ça. Pour ce qui est du côté commercial, big big commercial, je ne rejoins pas le Pendu. Que le livre marche c'est une chose et tant qu'il y a une certaine qualité derrière le bouquin, que ce n'est pas écrit à la va que je te pousse, ça ne me gêne pas. Et puis, dans cette optique là, si l'auteur voulait vraiment faire rentrer l'argent dans le tiroir-caisse, si c'était là son unique approche, je crois qu'il aurait pondu son cinquième tome beaucoup plus vite. A moins bien sûr qu'on ne considère le temps qu'il a pris pour l'écrire uniquement comme un moyen de générer une impatience synonyme de gros sous derrière. Franchement, j'en doute... Ensuite pour ce qui est des méchants, très très méchants, je trouve au contraire que ce n'est pas si prononcé. Bien sûr, on suit une série de personnages auxquels on s'attache mais prenons le cas de Tyrion, par exemple, du côté des "méchants", son esquisse est bien plus prononcé. Martin en fait un protagoniste ambigu... Et il y en a d'autres ainsi. De plus, il m'a semblé que Martin ne fait pas dans le détail et n'hésite pas à supprimer un personnage auquel le lecteur a pu "s'attacher".

arutha a dit…

Il n'est pas exclus, en effet, que je lise le cinquième tome en V.O. C'est ce que j'avais tenté pour La roue du temps dont la traduction trainait en longueur. Tentative très vite avortée. L'anglais et moi, ça fait trois. L'anglais, moi et le fossé qui nous sépare.
Mais Martin est facile d'accès parait-il.
Je ne vais pas dire ici que, moi non plus, je ne partage pas le point de vue du Pendu. On s'en doute. Et ce que tu as dit résume assez bien ce que j'aurais répondu moi-même.

Manu a dit…

Pas vraiment ma tasse de thé mais par contre, je possède "Riverdream" de cet auteur.

Lord Orkan Von Deck a dit…

Pour ma part, je me suis arrêter à la fin du deuxième tome. J'aime les intrigues, j'aime les personnages psychologiques. Mais quand ils sont trop bien faits, on ne peut pas les apprécier.C'est ce qui m'ait arrivé : Chaque personnage était insupportable à mes yeux pendant cette lecture

BiblioMan(u) a dit…

@arutha et Manu: eh bien j'ai mis du temps pour répondre, vous m'en voyez désolé. :O(

@arutha: carrément le cinquième en VO ?!?! Je n'ai pas pratiqué l'anglais avec assiduité depuis... trop longtemps. Je crois que nos goûts sont souvent assez similaires en matière de lecture de ce que j'ai pu lire sur ton blog...

@Manu: Il paraît que Riverdream est une petite merveille. Je n'ai pas encore essayé.

@Lord Orkan : (tu ne m'en voudras pas de ne pas mettre ton pseudo en entier ;O)) Je n'ai pas encore entamé le deuxième, je verrai bien. En tout cas, je crois avoir surtout apprécié qu'il n'y ait pas trop de magie et que des personnages comme Tyrion soient assez ambivalents. Je te dirai...

Acr0 a dit…

"je crois ne jamais avoir lu ou entendu de critiques négative" c'est tout à fait vrai, ça :)
Moi aussi, je n'étais plus sûre de vouloir m'y plonger après avoir entendu tant d'éloges au sujet de cette saga.
Bon, et tu n'as pas dit l'essentiel : quels sont tes personnages préférés ? ;)

BiblioMan(u) a dit…

@Acr0: La réponse est sur ton blog ;O)