19/10/2008

Le Coup du sombrero / Marc Villard

Cela fait treize ans maintenant que sont parues les premières tranches de vie d'un vrai-faux Marc Villard, et le plaisir de lecture de ces nouvelles autobiographiques tantôt douces-amères, tantôt franchement drôles, tantôt douces-amères franchement drôles, ne s'émousse pas. Cette fois-ci, comme le titre l'indique, on plonge dans l'univers du football. Hep ! Je sens déjà le regard des non aficionados s'écarter de cette chronique pour vaquer sous d'autres hospices littéraires. Restez un peu, juste un peu, vous allez voir. Car en l'espace de dix-huit nouvelles des plus ciselées, le monsieur ne fait pas que nous dévoiler sa passion pour le ballon rond, même si cette évocation se suffirait à elle-même pour ravir le lecteur.

Comme à son habitude, Marc Villard s'amuse, amuse jusqu'à en devenir touchant, même si cette fois-ci, il ne se met pas toujours en scène. Sensible à la musique des mots, comme il le disait dans une récente interview que vous pouvez trouver , Marc Villard cède de temps à autre le terrain des mots à ceux qui font le football: gloires d'antan et d'aujourd'hui, supporters, dirigeants, joueurs...

"Cinq gamins se meuvent dans la demi-pénombre, le regard aimanté à un ballon de football flambant neuf offert par la femme de l'aide sociale. Deux d'entre eux flirtent avec la perfection. Ce sont les moins bavards, la musique des sphères est dans leur tête. La balle se faufile, collée à leurs tennis."

Avec nostalgie, sans pour autant être passéiste, Marc Villard vise juste sans oublier toutefois de mettre le doigt sur les travers de ce sport mondialement reconnu, sans pour autant tomber dans des clichés éculés et stériles. Des nouvelles efficaces, donc, surtout lorsqu'il se met en scène dans une maison de retraite -La Nuit tombe ; Bolton-Tottenham ; Crampons - où son art consommé de l'insulte - Salope. Demain, j'irai vomir dans tes chaussons -, entre autres, font de ce ronchon de service, roublard et vachard, un type diablement sympathique. A l'image de ses nouvelles.

Si vous désirez en savoir un peu plus sur les autres ouvrages parus précédemment, à savoir J'aurais voulu être un type bien ; un jour je serai latin lover ; Bonjour je suis ton nouvel ami ; Elles sont folles de mon corps ; Souffrir à Saint-Germain des près...ainsi qu'à sa bibliographie, vous pouvez cliquer ici.

6 commentaires:

Manu a dit…

Est-ce grave si on n'a jamais entendu parler de ce Marc Villard? Je me suis sentie un peu comme si je venais d'une autre planète en lisant ton billet :-D

BiblioMan(u) a dit…

Bien sûr ce n'est pas grave...En fait Marc Villard, j'aurais dû le préciser, est plus connu pour ses romans policiers. Et c'est là tout l'intérêt du blog de susciter des découvertes...les pieds sur Terre ;O)

Manu a dit…

Ah voilà ! Je vais aller voir sur amazon. l'espace d'un instant, je me suis "ah mais oui, j'ai déjà lu un livre de lui", mais non, c'étai Jean-François Vilar ;-). Très bon roman cela dit, j'en garde un excellent souvenir. Bon, fin de la parenthèse, je dormirai moins bête ce soir !

Anonyme a dit…

Mieux que sur Amazon, il y a la librairie Bibliosurf.com sur laquelle vous ne trouverez pas que la présentation des titres mais aussi de nombreuses interviews de Marc Villard

http://www.bibliosurf.com/+-Villard-Marc-+

BiblioMan(u) a dit…

Manu : Bonne nuit ;O)


Anonyme : Je confirme. C'est d'ailleurs pourquoi en parlant d'une récente interview, j'ai mis le lien pour le site que vous nommez.

rotko a dit…

j'ai bien aimé "les portes de la nuit", 60 pages, 4 nouvelles, et des photos de Derouineau à Guyancourt.
c'est concis et évocateur.

http://grain-de-sel.cultureforum.net/polars-f27/marc-villard-t4876.htm#100434