21/12/2010

Les Fils de l'air / Johan Heliot

Et si...

Et si Louis XVI n'avait pas été arrêté à Varennes le 21 juin 1791 ? S'il était parvenu à s'enfuir, à quitter la France, quelle aurait alors été la marche de l'Histoire ? A cette question qui brûle toujours les lèvres des passionnés, Johan Heliot a pour sa part décidé de lui consacrer un roman, Les Fils de l'air. L'occasion pour lui de laisser libre court une nouvelle fois à une imagination loin de se démentir, elle-même associée à un plaisir évident de jouer avec les personnages, célèbres ou non, et de les mettre en branle avec ce matériau inépuisable qu'est l'Histoire. Et quand bien même le roman est clairement estampillé jeunesse, tout lecteur pourra y trouver son compte tant son intérêt se révèle à travers des approches variées et complémentaires, qu'il s'agisse de l'Histoire (évidemment...), de l'Aventure ou bien même de l'ébullition scientifique.

Après avoir fui le palais des Tuileries, la famille royale s'est retranchée au château de Versailles pour un court répit, car la révolution gronde toujours. En conséquence de quoi Louis XVI, Marie-Antoinette, leurs enfants et quelques uns de leurs proches, dont le marquis de La Fayette et le scientifique Jacques Charles sont contraints de s'enfuir. Loin d'eux l'envie de finir à la prison du Temple ou de perdre la tête sous la lame affûtée de la guillotine... Aussi, sous le coup d'une attaque les empêchant de prendre la route, les voici qui empruntent la voie des airs à bord d'un ballon mis au point par Jacques Charles. Cette envolée, marquant le départ d'une longue traversée ponctuée par bien des remous, les mènera jusqu'aux Etats-Unis où, à l'aide de Benjamin Franklin et de George Washington naîtra une compagnie de transport aérien à même de créer une révolution d'un tout autre acabit que celle ayant ébranlé la France.

Les Fils de l'air est une lecture dont on aurait tort de ne retenir que son aspect divertissant. Car même si les perspectives uchroniques qui sont dévoilées ici ne s'étendent pas sur une durée excessivement longue qui aurait permis de noter toutes les incidences d'une évasion réussie de Louis XVI, elles séduisent justement par les altérations subtiles qu'elles engendrent inévitablement. Ainsi, on apprend que la Terreur a bien eu lieu en France, que Napoléon Bonaparte est bel et bien devenu un empereur avide de conquête et de puissance. Donc si changement notable il doit y avoir, celui-ci sera progressif, et Johan Heliot nous permet ici d'en apprécier les germes, d'en deviner l'impact à travers la construction d'une flotte de l'air, sous-tendant elle-même une variation clé dans l'occupation des territoires et de leur gestion. Une sorte de nouvelle donne géopolitique où le lecteur voit l'Histoire se transformer petit à petit sous ses yeux, dans le sillage d'une invention colossale pour l'époque. Certains pourront regretter que l'approche uchronique ne soit pas plus prononcée. Pour ma part, la subtilité proposée ici m'a parue plus crédible, plus juste dans sa vision et son appréhension d'un avenir qui aurait pu être...

Enfin, même si la plupart du roman se fait par le prisme de Charlotte, la fille du roi en exil et de Marie-Antoinette, Les Fils de l'air propose un rééquilibrage de la vision habituellement véhiculée autour de Louis XVI, faisant de lui un roi désintéressé par le sort du peuple, en plus d'être un traître à sa patrie. La démarche est ici de le présenter comme un être curieux, soucieux des mutations de la société et réceptif à ses changements, sans avoir toutefois les épaules d'un bon roi. Les éclairages réalisés autour des autres figures emblématiques sur l'échiquier de l'Histoire m'ont aussi paru réussis, qui plus est lorsqu'ils sont ponctués par de menus détails leur conférant une authenticité étonnante.

Une fois de plus, Johan Heliot a fait mouche en ce qui me concerne, d'autant que cette période de l'Histoire n'est pas celle que j'affectionne en particulier. Lecture agréable, donc, et qui a par ailleurs piqué ma curiosité au point d'ouvrir mes dictionnaires et de consulter divers articles sur internet concernant certains épisodes marquants de la construction des Etats-Unis ainsi que sur Robert Surcouf, figure marquante de la marine apparaissant aussi dans cette histoire. Qu'une uchronie parvienne à ce résultat, non pas pour vérifier la véracité de ce qui est avancé, je vous assure, ça a de quoi vous donner des ailes. En tout cas, après une telle lecture, c'est sûr, on aimerait bien faire un petit tour en ballon. Même si ça ne doit pas durer longtemps, hein. Faudrait pas non plus penser que je vais soigner mon vertige d'un simple claquement de doigts. Non mais quand même !


Les Fils de l'air, Johan Heliot, Flammarion (Ukronie), 302 p.

CITRIQ

12 commentaires:

Lhisbei a dit…

Eh bien voila un avis enthousiaste :)
ça donne envie... j'espère que les lectures suivantes seront aussi enchanteresses :)

BiblioMan(u) a dit…

J'ai tout lieu de le croire, en tout cas si je me fie uniquement aux avis enthousiastes autour de ceux que j'ai prévu pour la suite, à savoir L'ange blond de Laurent Poujois et "Sens interdit" d'Alain Grousset et Danielle Martinigole (et il y en a d'autres en perspective). En tout cas, ce challenge est bienvenu, j'avais celui-ci depuis un moment et j'en avais jusqu'alors toujours repoussé ma lecture.

Calenwen a dit…

Ca fait bien envie dis donc, m'en vais le dénicher à la biblio...

A.C. de Haenne a dit…

Décidément, ce Johan Heliot aime bien jouer avec l'Histoire (faut dire qu'il a été un temps professeur de ladite matière !)

A.C. de Haenne

Spocky a dit…

J'ai découvert cette collection Ukronie avec "Ceux qui sauront" mais d'autre livres me tentent beaucoup. "Les Fils de l'air" en fait partie. Ta chronique me confirme qu'il faut que je le lise :)

BiblioMan(u) a dit…

@Calenwen: Tu peux y aller les yeux fermés... enfin en faisant un peu attention tout de même :O)

@A.C. de Haenne: Oui et aussi prof de français aussi si je ne me trompe pas. En tout cas, j'apprécie toujours autant les petits détails qui n'ont l'air de rien mais donnent toujours un petit plus à ses histoires (notamment dans Passé Censuré)

@Spocky: oui, Alain Grousset fait un super travail avec cette collection. Je guetterai tes lectures.

22decembre a dit…

original comme approche et assez réaliste finalement : les changement sociaux sont bien souvent extrêmement lents !

À lire !

BiblioMan(u) a dit…

Je confirme ! ;O)

JainaXF a dit…

J'aime beaucoup la collection, et ce roman est sous doute mon préféré parmi tous les ouvrages parus à ce jour ! J'ai aimé les personnages, le portrait de Louis XVI, les changements historiques qui arrivent lentement mais sûrement, l'aspect aventure présent dans le roman...et j'ai toujours aimé les zeppelins et Johan Heliot !

JainaXF a dit…

Moi aussi j'ai vraiment aimé ce roman, son rythme, l'aspect aventure, les personnages (dont le portrait humain de Louis XVI) et les changement historiques logiques amenée par la technologie des ballons ! Il faut dire que j'adore les zeppelins et l'auteur, j'étais donc conquises dès le départ ! ;-)

BiblioMan(u) a dit…

@JainaFX: Alors là, effectivement, je ne vois pas comment tu n'aurais pas pu apprécier celui-ci

Tortoise a dit…

ça tombe bien je l'ai commandé tout récemment!