07/08/2011

L'Affaire Jennifer Jones / Anne Cassidy

Trois jeunes filles sont parties dans la forêt. Seules deux d'entre elles sont revenues vivantes. La troisième est morte. Assassinée par l'une de ses copines. Naturellement, l'affaire a fait grand bruit. Six ans après les faits, Jennifer Jones a changé d'identité, a été placée chez Rosie – qui sait tout d'elle et de sa situation – quand tout le monde la croit encore en prison. Pourtant depuis quelques mois Jennifer Jones, devenue Alice Tully, travaille comme serveuse, s'est constituée un groupe d'amis, a un fiancé avec qui elle s'entend très bien et s'apprête à poursuivre des études. Sa réinsertion est sur la bonne voie. Pour autant, elle n'oublie rien de son passé , de sa mère démissionnaire, ancien mannequin déchu et toujours avide de se trouver sous la lumière des projecteurs, quitte pour cela à bafouer la confiance de sa fille, à en jouer, en abuser même. Bien sûr, elle se souvient aussi du meurtre et de ses circonstances. Elle archive tous les articles de presse la concernant. Avec le temps, ceux-ci se sont espacés mais voilà que de nouvelles informations commencent à circuler avec l'annonce de sa sortie imminente de prison. Informations qui coïncident avec l'arrivée d'un détective dans la bourgade. Il pose des questions en brandissant une vieille photo de Jennifer. Comme s'il savait déjà tout de sa libération anticipée.
Impossible en lisant L'Affaire Jennifer Jones de ne pas penser au cas des enfants-tueurs de Liverpool qui avait ébranlé la Grande-Bretagne en 1993. Impossible de croire qu'Anne Cassidy n'y a pas songé elle-même en se lançant dans cette histoire. Certaines similitudes permettent en tout cas de le penser, ne serait-ce qu'en ce qui concerne la thématique mais aussi la durée d'emprisonnement, la volonté des instances judiciaires de réinsérer au mieux et à brève échéance ces jeunes accusés, ou même encore dans la fébrilité, l'acharnement et les déboires médiatiques suscités par de telles affaires.
La comparaison s'arrête cependant là car Anne Cassidy a su se dédouaner totalement du fait divers, si on peut l'appeler ainsi, pour laisser libre cours à sa propre histoire, où ce qui l'intéresse n'est pas le drame en lui-même mais les circonstances qui l'ont amené à se produire. Qui plus est , elle le fait d'une manière tout à fait habile et subtile – la construction du roman est remarquable -, de sorte que le lecteur se trouve alternativement captivé à la fois par le présent et le passé de Jennifer Jones. Par exemple, longtemps dans l'histoire on ne sait pas quel enfant a été assassiné, ni quelles raisons ont poussé Jennifer à perpétrer cet acte. On ne doute pas que la réponse viendra, bien sûr, mais cela entretient un certain mystère, toujours présent, que l'on garde dans un coin de la tête, et qui contribue même à nous immerger un peu plus dans le parcours de Jennifer Jones. Pas tant pour savoir que pour comprendre.
Sous prétexte que le récit touche au meurtre d'un enfant, on aurait pu redouter qu'Anne Cassidy s'ingénie un peu trop à tirer sur les cordes du violon. Or, sa musique est ailleurs, dans la complexité des protagonistes de cette histoire et des sentiments qui les animent. Elle est même au-delà, dans l'évocation de l'enfance, dans la cruauté dont elle se fait parfois l'écho mais aussi dans les attentes qui lui sont relatives.
Anne Cassidy évoque d'une bien belle manière le sentiment d'abandon de Jennifer, sa sensation d'isolement, son envie d'être considérée, d'exister enfin au yeux des autres. Elle aborde aussi le sexe, la prostitution, la mort, la reconstruction de soi, la repentance, l'acharnement médiatique sans jamais paraître moralisatrice, sans qu'à aucun moment on ait l'impression d'être plongé dans un vaste fourre-tout thématique. Au contraire, tous ces éléments s'intègrent aisément dans le fil du récit.
Malgré l'annonce faite sur la couverture comme quoi ce livre avait reçu le Prix du meilleur livre adolescent en 2004 en Angleterre, j'ai redouté en l'entamant de devoir le refermer assez vite. Je craignais de me trouver face à un récit gnagnan et culcul la pral. J'en suis ressorti admiratif, tout ébaubi. Eh oui, ce genre de chose est bien sûr possible à la lecture d'un ouvrage. Et on aurait tort de penser que la littérature adolescente est exempte de produire un tel effet.
L'Affaire Jennifer jones, Anne Cassidy, traduit de l'anglais par Nathalie Laverroux, Milan jeunesse (Macadam), 320 p.

10 commentaires:

Ys a dit…

Un excellent livre jeunesse en effet, au sujet difficile mais bien traité. Pas encore lu d'adultes déçus par cette lecture.

Manu a dit…

Ys m'avait déjà convaincu, Clara aussi, maintenant toi, bon je vais devoir le lire ! Ma PAL ne te dit pas merci !

La petite souris a dit…

vendu !! ( ca me fait un peu penser au roman de Janathan Trigell " Jeux d'enfants"). Amitiés

BiblioMan(u) a dit…

@Ys: Effectivement, je n'ai eu aucun écho négatif pour le moment. Je vais voir si d'autres livres de l'auteur sont disponibles.

@Manu: Ta PAL n'est vraiment pas très polie !!! J'ai eu la chance qu'on me le recommande moi aussi (en fait c'était plutôt un échange de bons procédés ;O) )

@La petite souris: Je n'ai vu que la couverture du Trigell à la médiathèque mais je vais aller voir ça aussi de plus près !

Blop a dit…

Attention faute de frappe : "Pa tant pour savoir que pour comprendre."

Blop a dit…

Comme toi, je suis assez intéressée par la littérature pour ado. Et tomber sur de pareilles pépites est encourageant ! En tout cas, ton billet est convaincant. Merci.

Les habitants de l'Avenue a dit…

Un roman que j'avais beaucoup aimé. Les romans pour ados dans ce style là sont parfois à la hauteur de romans policiers/noirs pour adultes, avec un vrai style littéraire. je ne peux que te conseiller de piocher dans la collection "Do a Do noir" des éditions du Rouergue qui offrent de belles perles ;) mais tu connais sûrement...

BiblioMan(u) a dit…

@Blop: Non, j'ai beau relire, je ne vois pas de faute de frappe... de mauvaise foi, moi...meuhhh non ! C'est donc corrigé, merci ;O) C'est pas toujours évident de faire le tri dans la littérature Ado mais soit je me fais conseiller, soit je fais comme pour le reste,je me fie à mon envie du moment en fonction de l'histoire, de l'auteur, de la collection... bref, tout le toutim quoi.

@Les habitants de l'avenue: entièrement d'accord avec toi ! En parlant de la collection Do à Do noir, j'avais justement lu "Je mourrai pas gibier", ça avait été une réelle claque. Noir, ça l'était vraiment.

Les habitants de l'Avenue a dit…

je ne mourrais pas gibier, excellent titre comme les autres romans de Guillaume Guéraud d'ailleurs...

BiblioMan(u) a dit…

@Les habitants de l'Avenue: bizarrement je n'ai lu que celui-là, ainsi que son adaptation en BD (tout aussi réussie même si l'impact m'a semblé plus marquant en mots qu'en images). Bizarre tout de même, au début où je lisais un bouquin d'un auteur que j'appréciais, il me fallait tout lire de lui, et aujourd'hui je laisse passer du temps avant d'en retrouver un.... bon tout ça c'est du 36 15 réflexion du mercredi soir mais ça m'est venu subitement...